NEWS

Le cours du palladium toujours devant l’or

Utilisé pour fabriquer les pots catalytiques des voitures essence, le palladium vaut désormais plus cher que l’or avec une cotation de 43 646 /Kg (40 968 €/kg pour l’or) ce jour.

En l’espace d’un an, le cours du palladium, qui est sans doute le moins connu des métaux précieux, a grimpé de plus de 40 % et de près de 200 % en trois ans, par crainte d’un déficit de l’offre et d’une hausse de la demande.

Le palladium, ce métal gris qui fait partie de la famille des platinoïdes, sert notamment à la fabrication des pots catalytiques des voitures à essence et hybrides afin de réduire les émissions polluantes.

Le marché est en forte progression depuis que le « scandale Volkswagen » a éclaté en 2015, avec la découverte des tests truqués de ses moteurs diesel.

De plus, les normes environnementales sont strictes, c’est une manne pour le palladium, l’industrie automobile représentant 80 % de la demande.

Les perspectives pour le palladium sont donc prometteuses. Le marché est serré : de nouvelles normes pour les petites voitures à essence et les gros camions « trumpiens » dans l’économie américaine en plein essor utilisent le palladium pour tenter de « purifier l’air ».

D’autres secteurs, comme l’électronique ou la joaillerie, sont également en croissance.

Cependant, le mystère plane sur l’état des réserves…

Les mines de palladium sont extrêmement concentrées : la Russie assure environ 40 % de la production mondiale et l’Afrique du Sud à peu près autant.

Mais les niveaux d’extraction seraient inférieurs à la demande depuis 2011 et les mines rares et vieillissantes, d’où la flambée des cours.

Il semble que la Russie ait constitué de gros stocks «stratégiques» dans les années de guerre froide, avec l’idée que le palladium pourrait être utile pour réaliser de la fusion nucléaire à froid.

Aujourd’hui, ces stocks arriveraient à leur terme, sans que l’on connaisse toutefois leur niveau exact. Le sujet est pris très au sérieux dans les pays occidentaux, et les tensions entre la Russie et les États-Unis n’arrangeant pas les choses.

Le palladium fait partie des 14 métaux jugés « critiques » par la Commission Européenne.