NEWS

Je viens d’investir dans l’or. Mes pièces, mes lingotins peuvent-il un jour être confisqués par l’Etat?

Les possesseurs d’or physique s’interrogent sur une possible législation visant à confisquer les métaux précieux détenus par les particuliers.

Cette crainte s’appuie sur des exemples concrets puisque l’Histoire nous rappelle que des épargnants avaient été spoliés.

Aux Etats-Unis, en 1933, l’or avait été récupéré contre le versement d’une indemnisation au prix du marché. A l’époque de cette mesure, le dollar était indexé sur l’or. Il s’agissait d’un système monétaire « l’étalon-or » qui permettait au pays de rendre sa devise librement convertible en une certaine quantité d’or et vice-versa.

Roosevelt avait pris cette décision de réquisitionner l’or afin de contrer le vent de panique qui poussait ses concitoyens à échanger massivement leurs dollars papiers contre des pièces en or sonnantes et trébuchantes.

Seulement 22 % de l’or en circulation avaient pu être récoltés par le Trésor Public ! Les bas-de-laine restantes échappant à cette loi restèrent bien au chaud sous l’oreiller.

Il semble ainsi bien difficile pour n’importe quel pays, et même à l’échelle de la France d’aller réquisitionner l’or chez l’habitant ! L’Etat ne peut pas contraindre physiquement les citoyens à lui donner l’or qu’ils possèdent et surtout lui  confisquer sans contrepartie.

Peut-on imaginer que l’histoire se répète?

Aujourd’hui les Etats ont abandonné la souveraineté de leurs monnaies. Elles ne sont plus adossées à rien. On fabrique de la monnaie à outrance, la planche à billets tournant à plein régime.

Les institutions politiques et financières sont devenues incontrôlables. L’insécurité règne sur le plan économique. Beaucoup de personnes l’ont compris en convertissant leurs avoirs virtuels en actifs tangibles : immobilier, métaux précieux…La tendance n’est pas prête de faiblir.

L’État ne peut se saisir de la  richesse nationale qui lui échappe car cette opération de réquisition impliquerait de dédommager les détenteurs d’or avec une somme équivalente au cours du marché. Or la quantité d’or détenue en France par les particuliers est estimée à 100 milliards d’euros.. Pour un pays qui affiche plus de 70 milliards d’euros de déficit chaque année, il semble très compliqué de budgéter une telle somme.

La France a déjà tenté de reproduire l’expérience américaine de 1933 en vain, les Français étant plus difficiles à intimider! En 1936, le président Léon Blum fit voter une loi obligeant les particuliers à déclarer puis remettre leur or au prix du marché. Mais confronté à soulèvement massif, il dut renoncer et l’État fut même contraint de dédommager ceux qu’il avait réussi à convaincre de donner leurs pièces et lingots.

Aujourd’hui, un tel scénario serait donc totalement improbable. En dépit de l’interdiction du règlement en espèces des transactions portant sur les métaux précieux, les opérations d’achat d’or par le particulier ne sont d’aucune manière transmises à l’administration fiscale. Les achats de métaux précieux ont encore un bel avenir…